RECRUTEMENT D’UN CONSULTANT NATIONAL POUR L’ÉLABORATION D’UN RÉFÉRENTIEL

Home / Uncategorized / RECRUTEMENT D’UN CONSULTANT NATIONAL POUR L’ÉLABORATION D’UN RÉFÉRENTIEL

Recrutement d’un consultant national pour l’élaboration d’un référentiel sur la prévention virtuelle au Cameroun en direction des populations clés avec l’appui de la Plateforme Coalition PLUS Afrique de l’Ouest + Cameroun

INTRODUCTION

Le projet « Accès à des services de santé de qualité pour les populations clés» s’inscrit dans le nouveau paradigme de la lutte contre le sida selon lequel on ne peut lutter efficacement contre l’épidémie sans orienter tous les efforts vers les communautés les plus exposées. En effet, en raison de la méconnaissance de ces publics, du stigma et des discriminations sociales, voire de la pénalisation, l’accès à la prévention combinée et à des services de santé adaptés n’est pas optimal, alimentant ainsi une « épidémie cachée ». Or, les associations communautaires ont développé des réponses originales ayant démontré des résultats probants à même d’impacter durablement l’épidémie. Basé sur la stratégie du test, treat and retain, et en adéquation avec les stratégies nationales et les financements du Fonds mondial, ce projet entend augmenter le volume et la qualité de l’offre de service en direction des populations clés -HSH, TS, et UDI- de 20 associations communautaires, basées dans 10 pays et réparties au sein de 3 Plateformes régionales au Maghreb, en Afrique de l’Ouest et dans l’Océan Indien :
– créer ou renforcer des dispositifs de dépistage communautaire fixes ou mobiles ;
– créer ou renforcer des dispositifs de santé sexuelle adaptés ;
– renforcer des dispositifs de maintien dans le soin et de soutien psychosocial ;
– diffuser les nouvelles stratégies de prévention telles que la PrEP. Ce projet est exécuté dans trois sous-régions de l’Afrique par les Plateformes Coalition PLUS en Afrique de l’Ouest + Cameroun (PFAOC) pilotée par ARCAD-SIDA au Mali, au Maghreb (PFMENA) pilotée par l’ALCS au Maroc et dans l’Océan Indien (PFOI) pilotée par PILS à Maurice.
La PFAOC et ARCAD-SIDA travaillent avec 9 associations situées dans 5 pays de l’Afrique de l’Ouest et au Cameroun :
• Sénégal : AIDES
• Togo : Espoir Vie Togo (EVT), Action Contre le Sida (ACS), Aide Médicale et Charité (AMC)
• Niger : Mieux Vivre avec le Sida (MVS)
• Cameroun : Affirmative Action (AA), Alternatives Cameroun (AC), Humanity First (HF)
• Mali : Association Kénédougou Solidarité (AKS)
Pour répondre à l’un des objectifs spécifiques de ce projet, relatif à la promotion d’une offre de santé sexuelle à destination des populations clés, il est prévu l’élaboration d’un référentiel national au Cameroun sur la prévention virtuelle afin d’identifier les meilleures pratiques développées par les associations communautaires, et de permettre ainsi de modéliser les méthodes de prévention virtuelle de qualité.

CONTEXTE ET JUSTIFICATION
Selon l’OMS, le taux d’incidence au VIH reste particulièrement élevé au niveau de certaines catégories de populations, appelées « populations clés » du fait de la difficulté d’accès aux soins qu’elles rencontrent. Elles sont aussi le plus souvent victimes de stigmatisation et de discrimination dans les centres de santé, ce qui contribue encore davantage à leur vulnérabilité au VIH et aux autres IST. Ces populations sont constituées par les Hommes ayant des rapports sexuels avec d’autres hommes (HSH), les usagers de Drogues (UD), les Travailleurs (ses) de Sexe (TS) et la population carcérale. Les associations camerounaises partenaires de la PFAOC travaillent en direction des HSH du Cameroun, en leur offrant des services de prise en charge psycho-sociale, de santé sexuelle et même juridiques.
Selon la récente étude menée par IBBS (Integrated Biological and Behaviour Survery) en 2016 portant qui visait à estimer la prévalence au sein de la population HSH du Cameroun, il ressort que celle-ci est de 20.6%. Cette étude a été menée dans les villes de Yaoundé, Douala, Bertoua, Bamenda et Kribi. Sur les 1323 HSH interrogés dans le cadre de cette étude, 12% affirmaient avoir bénéficié d’informations sur le VIH dans des OBC ou ONG, 65.5% ont été tenus informés par des pairs éducateurs tandis que 50.8% se sont informés sur Internet. La prévention virtuelle ouvre de réelles perspectives si on considère que seul 1 HSH sur 2 a reçu une information sur les méthodes de prévention au VIH via Internet. Par ailleurs, dans la mesure où trois-quarts de la population mondiale utilise internet et les réseaux sociaux, le développement de la prévention virtuelle est donc est donc pertinent. Il y a donc lieu ici de se rassurer que les utilisateurs de la toile, en particulier les HSH au Cameroun, puisse avoir accès à une bonne information sur la santé sexuelle et qu’ils soient par la suite dirigés vers des centres sanitaires appropriés mis à disposition par les OBC pour les recevoir afin de bénéficier d’une prise en charge médicale et psychologique adaptée à leurs besoins.
Vu le taux de fréquentation d’internet, les médias ou réseaux sociaux pourraient ainsi permettre de couvrir le reste manquant de pourcentage quant à l’accès à l’information au sujet de la prévention sur la santé sexuelle…

Objectif :
Il est attendu de cette consultation, la rédaction d’un référentiel sur la prévention virtuelle sur internet au Cameroun qui permettra de guider les prestataires sur leurs marges de progression pour accroitre les notions des populations clés sur la santé sexuelle en général et mieux diffuser les dernières informations sur le VIH/SIDA.
Pour ce faire, il est attendu du consultant lors de cette consultation, de :
• Recenser et identifier les méthodes de prévention virtuelles des différentes OBC ;
• Mener une enquête en ligne auprès des populations clés afin de mieux orienter le travail ;
• Elaborer des recommandations pour améliorer la prévention virtuelle ;
• Faire une restitution du travail avec les représentants de toutes les associations partenaires pour une harmonisation de la stratégie et des pratiques de prévention virtuelle ;
• Rédiger et faire valider le référentiel final.

Résultats attendus
A la fin du travail du consultante, nous devons avoir :

• Un référentiel sur la prévention virtuelle faisant état entre autres :
 De l’ensemble de techniques et meilleures pratiques de prévention virtuelle au Cameroun
 Des meilleures méthodes identifiées ou utilisées dans certains pays ayant été jugées efficaces et pouvant être contextualisées
 Des techniques ou méthodes à adopter afin de toucher un plus grand nombre de personnes HSH
 Des stratégies d’adaptation des messages envers la cible afin de captiver plus son intérêt
 Des recommandations qui garantissent le lien entre la prévention virtuelle et l’accès effectif au soin

• Le développement de certaines applications et des enquêtes en ligne
• Une restitution du travail complet lors d’un atelier avec les représentants des associations partenaires

QUALIFICATION ET EXPERIENCES REQUISES POUR LE/LA CONSULTANT.E
Qualifications académiques :
L’intéressé(e) devra être titulaire :
• D’un Master (Licence+1) en Communication ou en communication digitale.
• Un diplôme universitaire en sciences sociales, en combinaison avec des années d’expérience en communication digitale peut être accepté.

Expériences :
– Une expérience dans le domaine de la communication digitale
– Une expérience sur le contexte du VIH/SIDA en général et celui du Cameroun en particulier.
– Une expérience avec la population cible
– Une expérience dans la rédaction des référentiels

Compétences :
o Avoir une excellente capacité d’analyse
o Avoir une bonne capacité à l’écoute
o Avoir une excellente capacité rédactionnelle
o Avoir une bonne connaissance du VIH/SIDA et la notion de population clé
o Avoir des capacités à établir et à entretenir de bonnes relations de travail en équipe
o Faire preuve de confidentialité dans le cadre de toutes informations recueillies dans le cadre de l’exercice de la consultation.
Langues :
• Français et Anglais
Livrables :

• Un rapport de mission
• Une copie du référentiel

Durée totale de la prestation et orientations indicatives sur la répartition des jours :
La prestation comprend un total de 15 jours. Selon les objectifs énumérés ci-dessus, les jours de prestations sont globalement repartis de façon indicative comme suit :
Etapes Nombre de jours Activités principales
Etude du terrain 5 Contacts des acteurs
Rédaction 9 Rédaction document
Atelier de restitution 1 Présentation en Power Point en plénière
Recueil des avis et inputs

SOUMISSION DE L’OFFRE
Le dossier du candidat devrait être constitué comme suit :

• Un CV
• Une fiche technique détaillant la méthodologie qui sera utilisé et comportant un budget de la prestation
• Des copies des référentiels déjà produits ou tout autre document attestant de sa compétence.

Le dossier devra être soumis aux adresses suivantes : alternatives.cameroun@gmail.com et arcadsida@arcadsida.org
Ou sous plis fermé à :
Alternatives Cameroun
BP : 2178 Boulevard de la Liberté Douala
25 637 Yaoundé-HC
Tel : 243117869
(+237) 655418372 / 676450461

Date limite de dépôt des dossiers : 13 octobre 2019 à minuit

Leave a Comment