Alternatives-Cameroun est une Association Camerounaise pour la Défense des Droits de l’Homme et la prise en charge du VIH/SIDA. L' occasion de la l journée mondiale de lutte conte le SIDA, le centre ACCESS organise une série d'activités .Au programme,grande campagne de dépistage du VIH /IST /VBG /HÉPATITE B,foire aux stands,espace condomize,causerie éducative ,projection cinématographique ,prestations artistiques . Annonce Depuis le lundi 11 décembre 2017, une formation sur le dépistage communautaire a lieu au centre ACCESS.Elle s'achèvera ce vendredi 15 décembre 2017. Le saviez vous ? le test and treat est disponible dans nos locaux alors plus de soucis à vous faire.Si vous êtes dépisté positif au VIH au centre Access ou ailleurs et êtes membre de la communauté LGBTI vous avez l’accès au traitement gratuit des ARV directement après le retrait de votre résultat,le délai de mise sous traitement est de plus en plus court. Du Nouveau le service du centre Access fonction sans interruption.donc pour tous besoins (dépistage VIH, Hépatite"B", consultation médecine générale et proctologie) passez directement dans nos locaux sis à akwa entre le rond point 4eme et l’hôtel le Ndé bénéficier de 09h à 18h. "Nous sommes là pour vous servir" "Votre santé c'est notre fierté"

Célébration de la Journée Internationale de Lutte contre l’Homophobie et la Transphobie (IDAHOT) 2016

Depuis 2005, la Communauté mondiale célèbre chaque 17 mai une journée de lutte contre l’homophobie et la Transphobie. Au Cameroun, à Alternatives Cameroun, nous nous sommes joints au reste de la Communauté internationale pour célébrer ce grand rendez-vous mondial afin de contribuer à la diminution du taux d’homophobie dans la société, et partant du taux de décès lié à l’homophobie et à leur séropositive. C’est pourquoi, pour cette édition 2016, deux activités phares ont été mises en œuvre. L’organisation d’une table-ronde avec les acteurs clés intermédiaires (I) et la commémoration de la AIDS Candlelight Mémorial (II).
I. Table ronde avec les acteurs intermédiaires clés
A l’occasion de la célébration de la Journée Internationale de Lutte contre l’Homophobie le 17 mai dernier, Alternatives Cameroun a organisé en son sein Une table ronde de réflexion sur les politiques anti-discriminations, anti-stigmatisation et anti VBG en faveur des populations la clé. L’objectif de cette table ronde était d’échanger des expériences sur la perception des Droits des populations clés, leur intégration totale et complète dans un environnement complexe et évolutif comme le Cameroun et dans un contexte de lutte contre le VIH. Bien plus il fallait pourvoir définir une politique générale de lutte contre les discriminations et les stigmatisations en faveur des populations clés applicable dans les différents milieux sociaux.Ont été invités à prendre part à ce dialogue des professionnels du parcours de soins, des professionnels de média, des leaders religieux, chefs de famille, professionnels de Droit et des activistes de la ville de Douala.
Les discussions s’ouvrent à 15h50 avec la présentation du Contexte de la table ronde par Gilles Fotso, Chargé de Plaidoyer. Ensuite, Parfait Behen, Président d’Alternatives Cameroun a adressé des propos de bienvenue aux participants. Dans ce propos de bienvenue, le président a rappelé le contexte dans lequel nous vivons, non moins sans parler des évidences de bases, avant d’exhorter tout le monde à plus d’action pour vaincre les violences homophobes aux Cameroun.
Plusieurs ponts ont été élaborés lors de cette rencontre :
-  Les facteurs de vulnérabilité des populations clés.
Il ressort des discussions que plusieurs éléments peuvent être considérés comme facteurs de vulnérabilités : la pauvreté, l’ignorance, les jugements moraux, la criminalisation, la peur de l’autre, le rejet familial. Ces éléments renforcement inévitablement les discriminations et les stigmatisations, et s’avèrent être un obstacle à l’accès aux services. Parfait BEHEN pense que l’intolérance est à l’origine des différentes injustices. Sylvie BEMMO du CMA NYALLA pense quant à elle que l’auto-stigmatisation est l’une des causes de discrimination que subissent les populations clés. C’est pourquoi, propose Dr NKAGHERE Kévine du CMA CONGO II, la sensibilisation doit être faite auprès des services de santé et dans les autres services, en vue d’améliorer la qualité de service auprès des toute personnes sans distinction aucune. Cependant, précise Yves YOMB la pénalisation de l’homosexualité au Cameroun reste le principal référent des discriminations, stigmatisation, et l’une des causes de la forte prévalence du VIH chez les HSH.
C’est pourquoi il semble nécessaire de mettre sur un guide de bonnes pratiques applicables à/par tous les acteurs.
-  Elaboration d’un guide antidiscri et antistigma en faveur des populations clés.
Nous avons proposé à la suite des discussions un guide antidiscri et antistigma opérationnel à Alternatives Cameroun. Les participants ont proposé de travailler sur le guide à la maison et individuellement. Et le travail pourra continuer par mail.
C’est sur le point qu’ont pris fin les discussions. Toutefois, les recommandations ont été formulées. Les participants ont sollicité de nous venions auprès de leurs différents services pour une sensibilisation de proximité de leurs collègues. Il a également été aussi recommandé que des échanges puissent être maintenus via mail et téléphone pour travailler sur le guide antidiscri, et antistigma.
A 18h15, Parfait BEHEN dans son mot de fin a remercié la participation de tout le monde ; et exhorté la prêche de la tolérance, de l’amour et de la charité.
II. Commémoration de la AIDS Candlelight Memorial
Le 19 mai 2016, nous avons organisé, de concert avec le reste de la communauté internationale la AIDS Candlelight Memorial édition 2016. Cette cérémonie de commémoration des amis et proches victimes de VIH et d’homophobie.
Cet événement a connu une préparation lointaine. En contribution avec tout le personnel d’Alternatives Cameroun, nous avons travaillé sur le contenu et le déroulement de la cérémonie. Une forte communication (SMS, mobilisation sur les réseaux sociaux, et distribution des tracts) a été faite autour de ce rassemblement annuel. Ce qui nous a valu la participation des membres de l’Association JEDEV (Association des jeunes personnes HSH de la ville de Douala).
La cérémonie commence à 18h30, après l’accueil et l’installation des personnes présentes. Éric Arnold FOPOSSI présenté l’événement dans son concept et ses objectifs. Après quoi le représentant de la Direction (Le Chargé des Programmes) a pris la parole pour le mot de bienvenue. La soirée a continué avec une minute de silence en la mémoire des MSM décédés de suite de VIH, d’homophobie et de tous ces activistes que la grande faucheuse nous aura enlevé. Des bougies ont été allumées en leur mémoire devant le patchwords des prénoms conçu à cet effet, et qui aura été présenté auparavant.
L’assistance a suivi avec beaucoup d’intérêt et d’émotion la lecture de trois poèmes choisis pour la circonstance et entrecoupés de musique d’ici et d’ailleurs pour prolonger le recueillement et la méditation.
Suivra l’hommage du JEDEV rendu à tous ces membres de la communauté décédés. Un infirmier et un membre de la communauté de passage à cette soirée ont saisi l’occasion pour inviter les uns et les autres à se faire dépister et à se faire prendre en charge en cas de résultat positif, car ont-ils dit, il serait lâche de mourir de VIH en ce siècle où tant de progrès ont été faits sur le plan scientifique et dans le domaine de la prise en chargé.
En fin de cérémonie, le Chargé de Plaidoyer et Responsable de l’unité des Droits Humains a pris la parole pour remercier les uns et les autres pour avoir consacré un peu de leurs temps et de leur présence ; et aussi pour présenter l’équipe derrière l’organisation de la soirée. Cette commémoration a connu la participation d’au moins 30 personnes.
Rendez-vous a été pris pour l’édition de l’année prochaine en espérant qu’entre temps nous perdrons peu de nos amis de la communauté.
Un café a été servi à la fin des manifestations.
Le déroulement de ces activités ne s’est pas fait sans heurt. Quelques difficultés ont été enregistrées : La validation tardive des TDR et du budget n’a pas permis d’envoyer les participants des différentes activités à temps. Ce qui pourrait expliquer l’absence de certains participants. En outre, les activités n’ont pas été assez organisées. Les moyens mis à disposition pour la Candlelight sont arrivés tardivement, et ont été insuffisants.
C’est pourquoi nous recommandons que les TDR des activités soient souvent validés à temps, et le budget mis à disposition à temps. Nous recommandons aussi une bien meilleure planification des activités pour une bonne mise en œuvre.
Fait à Douala, le 24 mai 2016
Gilles Herbert FOTSO
Le Coordonnateur de l’Unité des Droits Humains


.